L’ART DÉCO, UN ART DE VIVRE : LE PAQUEBOT ÎLE-DE-FRANCE

La ville de Boulogne-Billancourt / musée des Années 30
L’art déco, un art de vivre : le paquebot Île-de-France
du mercredi 16 octobre 2019 au lundi 10 février 2020

MUSÉE DES ANNÉES 30 – Espace Landowski
28, avenue André-Morizet
92100 Boulogne-Billancourt

L’ART DÉCO, UN ART DE VIVRE : LE PAQUEBOT ÎLE-DE-FRANCE

La ville de Boulogne-Billancourt propose une rétrospective au musée des Années 30 du mercredi 16 octobre 2019 au lundi 10 février 2020, consacrée au paquebot Île-de-France, palace flottant et fleuron de la Marine marchande.

 

Île-de-France… Un nom emblématique pour tous les amoureux de la mer. Un paquebot de légende, trop souvent éclipsé par ses prédécesseurs, France et Paris, et par son illustre successeur, Normandie. Un paquebot mythique à la destinée aussi exceptionnelle qu’inoubliable.

Avec l’exposition L’art déco, un art de vivre : le paquebot Île-de- France, la ville de Boulogne-Billancourt et son musée des Années 30 reviennent sur l’épopée de ce navire né pendant les Années folles : formidable laboratoire artistique dans les années 30, réaménagé et réexploité dans les années 50, le paquebot explore l’histoire d’une société. Une invitation à embarquer, un art du voyage…

Mis en service par la Compagnie Générale Transatlantique en 1927, Île-de-France incarne le premier grand projet de navire de luxe français après la Première Guerre mondiale. Rapidement surnommé la « rue de la Paix de l’Atlantique », il opte résolument pour un style Art déco. De très nombreux artistes, architectes et décorateurs ayant participé à l’exposition internationale des Arts décoratifs de 1925 collaborent à la création de ce nouvel ambassadeur des mers, Jean Dunand, René Lalique, Paul Landowski, Paule et Jules Leleu, Pierre Patout, Jacques-Émile Ruhlmann, Louis Süe, André Mare ou encore Raymond Subes…

Novateur dans sa technique, équipé provisoirement d’un spectaculaire hydravion postal, fier représentant de la gastronomie et de l’art de vivre à la française, Île-de-France rassemble tous les atouts qui assurent son triomphe sur l’Atlantique Nord jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

Une deuxième vie commence pour lui en temps de guerre. Île-de-France rejoint la France Libre, puis est réquisitionné pour le transport de troupes et le rapatriement de civils depuis l’Indochine. Il s’illustre en sauvant 753 passagers du paquebot italien Andrea Doria, gagnant le surnom de « Saint Bernard des mers ».

En 1949, le paquebot fait un retour triomphal sur la ligne Le Havre – New York, après deux ans de travaux qui ont profondément modernisé son décor et modifié sa silhouette. Après 10 années supplémentaires de service, il est finalement vendu en 1959 pour démantèlement à une société japonaise qui, avant sa destruction finale, le loue pour le tournage d’un film catastrophe, The Last Voyage (Panique à bord). Jamais navire n’avait jusqu’alors connu un tel destin !

Une exposition réalisée en partenariat avec la Région Île-de-France, le ministère de la Culture, Drac Île-de-France, l’établissement public French Lines & Compagnies, l’Écomusée de Saint-Nazaire, et grâce à une convention de mécénat signée avec la société Savencia.